Bûches de Noël 2018, laquelle rêveriez-vous de voir sur votre table de réveillon ?

Le Père Noël de François Perret au Ritz ?

« Je joue à cache-cache avec le Père Noël », s’exclame François Perret, chef pâtissier au Ritz, Paris. Le jeune talent, qui croit au Père Noël, a créé un bas rouge et blanc surmonté d’un pompon duveteux, un ours blanc – c’est plein d’humour et de bonne humeur et de bonne humeur. Pour faire ses rondins sculptés à la main, des moules spéciaux ont été réalisés par les équipes du Ritz Paris. Sous le capot et la barbe, il y a un délicieux gâteau au marbre, de la mousse à la vanille et – au milieu – du caramel avec des pépites de chocolat. « Je voulais des saveurs qui se mélangent, mais aussi pour refléter le Noël magique de mon enfance », sourit Perret.

La serviette roulée de Pierre Gagnaire au Fouquet’s ?


« C’est ma première bûche pour Fouquet’s, avec qui je suis ravi de dire que je travaille depuis 2015, et une édition limitée à 500 exemplaires sera disponible à Paris, Cannes, Deauville, Toulouse, Marrakech, La Baule, Courchevel et Enghien-les-Bains ». Manger à l’intérieur ou à emporter. Le prix est de 65€. Commande à partir du 1er décembre – à collectionner du 15 décembre jusqu’au début janvier.

La Bûche Fôrêt Enchantée de la Maison Lenôtre ?

C’est un Noël blanc pour Guy Krenzer et son équipe qui ont cuit une bûche de Noël féerique en emmenant les aficionados du désert dans un voyage romantique au cœur d’une forêt enchantée. Disponible du 9 au 24 décembre dans la plupart des boutiques Lenôtre.

La création Pierre Hermé autour du Macaron ?

Le grand chef se dit : « Les macarons ne pèsent que quelques grammes, assez pour faire frémir de plaisir vos sens ». A partir de 15€…. Ne manquez pas le résultat d’un rendez-vous macaron chic entre PH et Arman Petrossian de la Maison Petrossian : perles de caviar, arômes de fruits secs, mis en valeur par l’eau de vie fraîche de noix. 3,50 euros par pièce

Les Boules de Noël Angelina ?

Christophe Appert, chef pâtissier de la maison emblématique, a travaillé sur une belle bûche en forme de boule recouverte de meringue italienne blanche neigeuse décorée de feuilles d’or. Cette bûche très originale est aromatisée à la clémentine sous deux formes : des textures acidulées et crémeuses et sucrées se mêlent à un biscuit au citron avec une fleur de sel croquante et des noix de macadamia caramélisées avec une mousse au sirop d’érable. Commander à la boutique.

L’Arbre à Chocolat du Four Seasons George V ?

Le chef pâtissier Maxime Frédéric a puisé dans les bons souvenirs de famille pour sa première bûche de Noël dans les cuisines du George V.  » Un rappel des merveilleux moments où j’aidais ma grand-mère dans sa cuisine « , explique-t-il. Maxime, avec l’apport des super chefs de George V Christian Lesquer, David Bizet et Simone Zanoni, a décidé de passer de la traditionnelle bûche horizontale avec un arbre à chocolat comestible sur une base de pomme de pin, surmonté d’une étoile dorée, sur les branches de chocolat blanc de délicieuses offrandes, « à grignoter ». La structure de chocolat noir péruvien à 75% est vaporisée avec du chocolat blanc et de la poudre d’argent, ce qui donne une texture neigeuse saisonnière. Le chef sommelier Eric Beaumard, directeur du restaurant Le Cinq ***** conseille : « Avec les 75% de chocolat et des touches de noisette, je vois un Porto Colheita 1997 de Dirk Niepoort. Et pour l’heure du thé, mélange de Noël avec de la cannelle et de la peau d’orange. »

Journal de bord de l’hôtel Four Seasons George V pour profiter des trois restaurants Le Cinq *** Le George *** Le George * et Orangerie *. Le prix est de 160 € pour 4 à 6 portions et 180 € pour 6 à 8 portions.

Les Couronnes de Noël du Café de la Paix ?

« J’adore la Provence et j’ai toujours été fasciné par leur tradition de desserts à base d’arbres (13 desserts) « , explique le chef exécutif Laurent André. « Le repas de Noël en Provence se termine toujours ainsi, même si les desserts varient, c’est un hommage à Jésus et aux 12 apôtres « , explique-t-il. Les délicieuses créations d’André prennent la forme de couronnes de Noël – une bûche savoureuse combine foie gras, abricots et confit de figues (85 € pour 6) et La Bûche Sucrée est une divine mousse d’amande calisson alliant biscuits mous, fruits secs, mandarines confites, pistaches avec des notes d’acidité pour raviver le palais (60€ pour 6 personnes).

Décorer les sapins de Noël aux couleurs de la Provence – boules en édition limitée – ainsi que l’édition 2017 de la bougie parfumée de Fragonard prêtant une expérience olfactive à l’hôtel. Disponible du 11 décembre au 1er janvier.

La Bûche aux saveurs fruitées du Grand Véfour ?

Le journal de Guy Martin, superchef aficionado de l’art, s’inspire des colonnes Buren, qu’il admire quotidiennement. La mousse de litchi est rehaussée de poivre Timut et d’une fine gelée de pamplemousse rose sur un biscuit au zeste de pamplemousse. Des tubes de ganache de chocolat blanc au pamplemousse se détachent, avec un insert de litchi et de pamplemousse. La bûche est décorée de biscuits à l’éponge, de cubes de gelée de pamplemousse, de litchi et de quartiers de pamplemousse frais. Un triomphe ! Le prix de la bûche est de 90 €.

La Maison sans sucre ajouté d’Adrien Bozzolo, Camélia – Mandarin Oriental ?

Une maison de style Hansel et Gretel sans sucre de conte de fées est l’interprétation bûche du talentueux Bozzolo. « J’ai utilisé les sucres naturels de mes ingrédients, pomme, gingembre, yuzu crémeux, pommes granny Smith en dés, enveloppé dans une mousse de chocolat blanc et de vanille. A assortir avec du champagne rosé Louis Roederer ou du thé Sencha japonais « , suggère-t-il. A déguster (15 € par portion ou 8 € à emporter chez soi) au restaurant La Camélia, Mandarin Oriental (48 € par jour à l’heure du thé) ou sur commande (du 11 au 25 décembre) 48 heures à l’avance – 78 € pour 8 personnes.

La Bûche sans gluten et sans Lactose chez Foucade ?

Marjorie Foucade a créé sa boutique de boîtes à bijoux, dans le quartier Madeleine, à son image. Passez par là pour goûter et commander des friandises sans gluten et sans lactose. La Bûche Mandarine et Pistache (à partir de 27€). Cacao cru et bûche au chocolat aux noisettes fumé (à partir de 42 €) ainsi que galettes, tartes, saveurs, granola et thés. Commande à partir du 1er décembre. « Manger sainement et méditer 10 minutes par jour « , tel est l’énoncé de mission de Marjorie.

Le Jeu de Cartes d’Anne-Sophie Pic ?

Le chef multi étoiles Michelin parie sur un dessert inspiré d’un jeu de cartes, décoré avec des logos de diamants, de massues, de coeurs et de piques. Le gâteau parfumé est réalisé avec des notes parfumées d’agrumes, de jasmin et de sève de pin frais, en parfaite harmonie avec le chocolat Itakuja et le café éthiopien – disponible en édition limitée – sur commande (du 1er au 15 décembre) au restaurant parisien. 54 euros pour 6 à 8 personnes.

La Bûche plus vraie que nature de l’Hôtel Plaza Plaza Athénée ?

Les chefs pâtissiers Angelo Musa et Alexandre Dufeu s’inspirent de la forêt de Fontainebleau avec leurs six sections rustiques et chic de bois de chauffage au chocolat à base de biscuits au cacao, d’amandes et de noisettes croquantes, de mousse au chocolat et au cacao avec des notes de banane et de gelée de gingembre. Pour six personnes : disponible sur commande à partir du 1er décembre. Le prix est de 110 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *